La valeur du temps

La valeur du temps

Depuis quelques jours, l’omniprésence de cette thématique dans ce que je lit et ce que je regarde m’interpelle beaucoup.

Tout a commencé il y a quelques semaines en lisant la newsletter de Lucalaccio (que je vous invite à découvrir si vous n’êtes pas inscrit). Dans cette newsletter en particulier, il évoque une réflexion que j’ai trouvé très pertinente et qui semble ne pas être une préoccupation pour tout le monde :

« Plus je vieillis, plus je considère l’importance qu’à le temps dans ma vie. Je n’ai qu’une seule chance de pouvoir réaliser tout ce que je souhaite faire »

Lucalaccio

Ca semble très bateau dit comme ça, et ça l’est probablement. Surtout si comme moi vous avez poncé les blogs de développement personnel. Ce genre de site est truffé de citations populaires : « On a qu’une vie, autant en profiter », « Vis chaque jour comme si c’était le dernier » ou encore le fameux « YOLO ».

Mais entre le fait de le lire et le fait de le comprendre, de le réaliser, il y a un pas.

Quelques jours plus tard, j’arrive sur cette vidéo de la chaîne Dirtybiology (une chaîne formidable).

Pour ceux qui ont la flemme de regarder la vidéo (que je vous encourage quand même à aller voir, vous ne perdrez pas votre temps), elle traite du rapport que l’on a avec le temps en partant d’un simple schéma développé par le site Wait But Why que voici.

Votre vie, résumée en petits carrés. Chaque carré représente une semaine. Crédits : WaitButWhy

L’auteur de la vidéo prend son propre exemple : il a autour de la trentaine (tout comme moi) et représente sa vie en colorant chaque petit carré en fonction de l’activité effectuée (école, travail, retraite, vacances…). En visant une espérance de vie de 80 ans pour lui comme pour moi, nous avons effectué un peu plus du tiers de notre vie.

Ce schéma m’a particulièrement marqué : toute votre vie se trouve là. Résumée sur une feuille de papier A4.

Sans partir en dépression tout de suite, ce schéma peut être une sorte d’électrochoc pour certaines personnes. Ceux qui comme moi, procrastine beaucoup trop.

Cette impression de « perdre son temps » s’est encore accentuée en revisionnant le film « Time Out » avec Justin Timberlake, Cillian Murphy, Amanda Seyfried.

Si vous ne l’avez pas vu, voici le synopsis : en 2070, le temps a remplacé l’argent. Chaque être humain arrête de vieillir physiquement à partir de 25 ans et au lieu d’un compte en banque (ou d’investissement dans les cryptos), chaque personne va avoir un compte à rebours sur son avant-bras gauche, représentant le temps qu’il lui reste à vivre. Les terminaux pour cartes bancaires sont remplacés par des genre de scanner qui peuvent rajouter ou enlever du temps à une personne (pour être crédité après votre travail ou pour payer votre verre au bar). Quand vous n’avez plus de temps, vous êtes mort. Les riches restent donc jeunes et quasi immortels tandis que les pauvres courent après les minutes pour rester en vie.

Crédits : Collider.com

Si l’idée du film est originale, cette sensation qui ne m’a pas lâchée de tout le film, c’est cette impression de course contre la montre que retranscrit Timberlake. Ce sentiment d’urgence à faire les choses qui nous tiennent à coeur : passer du temps avec nos proches, avoir un enfant / se marier / trouver la bonne personne (l’ordre n’est pas forcément respecté), voyager, monter une entreprise, et j’en passe.

Crédits : WaitButWhy

Quand je vois le schéma d’un américain moyen, je me dis que la vie que l’on vit réellement est courte. Quand je dis « la vie que l’on vit réellement », je veux dire notre temps libre, en dehors du travail. La newsletter de Luca évoque bien cet aspect du temps et du temps de travail.

« Certains vivent pour travailler et d’autres travaillent pour vivre »

Pour conclure

Cet article n’a pas pour but de partir dans des débats philosophiques autour du temps. Chacun va avoir sa propre réflexion, son propre rapport au temps et au travail.

Si cet article a réussi à vous faire prendre conscience du temps qu’il vous reste à passer sur cette terre (plate), alors c’est une réussite.

La question que vous devez vous poser en ce début d’année, plus que savoir quelles vont être vos résolutions (que vous abandonnerez d’ici février de toute façon), vient de ce fabuleux magicien qu’est Gandalf :

Crédits : Allociné.fr

PS : Je suis sur Twitter aussi si vous voulez suivre mes aventures. Pour recevoir une alerte lorsqu’un nouvel article est disponible, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ci-dessous :

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !